mercredi 16 décembre 2015

Les Aventuriers de l’Art Moderne, par Amélie Harrault, Pauline Gaillard et Valérie Loiseleux

Maquette de Vincent Pianina et Lorenzo Papace, réalisateurs du générique de la série
Bohème (1900 – 1906) © Silex Films/Financière Pinau
La bande de Picasso © Silex Films/Financière Pinau
La bande de Picasso © Silex Films/Financière Pinau
Coup de cœur pour Les Aventuriers de l’Art Moderne, une somptueuse série de documentaires réalisés par Amélie Harrault, Pauline Gaillard et Valérie Loiseleux. “Mêlant documents d’archive et techniques d’animation traditionnelle (peinture sur verre, papiers découpés, encre, gouache...), Les aventuriers de l’art moderne raconte la vie intime des artistes et des intellectuels de la première moitié du XXe siècle. Par son approche audacieuse, novatrice et visuellement splendide, la série révolutionne le documentaire d’art : les peintures en mouvement, les dessins, les archives animées servent le propos, ajoutant une émotion visuelle à celle de l’histoire. Scandales, célébrations, tragédies et triomphes : sous le pinceau, le documentaire se transforme en tableau vivant. À travers ces photos animées et ces peintures mouvantes, Picasso, Apollinaire, Soutine, Breton et les autres aventuriers de l’art moderne ressuscitent, d’une manière troublante et magnifique.”
Le site Les Aventuriers de l’Art Moderne

mardi 15 décembre 2015

Pégase et Icare, Alexis Gruss et Les Farfadais

Alexis Gruss, Pégase et Icare, photographie Jacques Gavard
Pegase et Icare est un spectacle féérique et étincelant qui réjouira les petits et les grands. Il incarne l'excellence du cirque traditionnel mêlant les arts équestres et aériens. Alexis Gruss, maître écuyer de la quatrième génération d’une grande famille française d’écuyers, est avec ses enfants et petits-enfants le dépositaire et le continuateur d’un répertoire et d’un savoir-faire exceptionnel dans les arts équestres. La famille Gruss s'est associée à la compagnie Les Farfadais fondée par les frères Haffner. Cette dernière est composée d'artistes acrobates accomplissant des danses aériennes, glamour et sensuelles. Ce spectacle entre ciel et terre est une interprétation flamboyante de la mythologie liée à Pégase et Icare.

La déesse Athena, Pégase et Icare, photographie Jacques Gavard
La valse aux rubans de 6 étalons d’Alexis Gruss, synchronisée à la prestation aux tissus aériens des Farfadais,
Pégase et Icare, photographie Jacques Gavard
Extrait du dossier de presse :

“ L’an passé nous avons inauguré une nouvelle dimension dans le spectacle équestre et sa culture en nous produisant, à la faveur de nos premières Equestriades dans le prestigieux cadre du Théâtre Antique d’Orange, en totale symbiose avec une exceptionnelle compagnie d’artistes aériens, Les Farfadais. De notre rencontre est né le spectacle Pégase et Icare. Deux grandes figures de la mythologie grecque qui permettent d’évoquer, en les actualisant, les scènes mythiques d’une antiquité aux racines de notre culture. 300 000 spectateurs ont assuré le succès de cette nouvelle expression de notre art. Six générations d’écuyers Gruss symbolisent Pégase, le cheval ailé. Les Farfadais, quant à eux, comptent parmi les meilleurs acrobates aériens au monde. Ils incarnent superbement Icare, ce héros mythique doté d’ailes d’oiseaux. Quelles meilleures références pour illustrer la symbolique de ce nouveau type de spectacle, qui fait à la fois de la terre et du ciel ses lieux d’expression ? Plébiscité par les spectateurs parisiens l’hiver dernier, Pégase et Icare retrouve Paris du 17 Octobre 2015 au 6 mars 2016 au Bois de Boulogne, avant de partir en tournées à travers la France pour 22 spectacles, dans 11 Zénith, afin de diffuser plus largement sa magie, dans les meilleures conditions de confort pour des milliers de spectateurs en régions. La conquête d’un nouveau public élargi, sera, n’en doutons pas, particulièrement fertile en émotions artistiques partagées, afin que le spectacle vivant demeure au coeur de notre culture européenne ! Permettez-moi de faire mienne cette citation de Victor Hugo :
L’étude du passé et la curiosité du présent donnent l’intelligence de l’avenir.
— Alexis Gruss

www.alexis-gruss.com

vendredi 4 décembre 2015

Le musée du Louvre et Amnesty International présentent Liberté et création du 4 au 6 décembre 2015

Chéri Chérin, Parle menteurs des parties pourritiques, 2011
Exposition Beauté Congo 1926 – 2015 Congo Kitoko,
Fondation Cartier, photographie Alice Bénusiglio
“Cette collaboration inédite entre le musée du Louvre et Amnesty International France marque une volonté commune de s’engager pour la défense des droits humains et notamment la liberté de création. De nombreuses personnalités ont répondu à notre invitation pour venir débattre, nous faire partager leur expérience artistique et présenter un projet de parcours des droits humains dans les salles du Louvre. Ce week-end est organisé à l’occasion de la campagne « 10 jours pour signer », mobilisation mondiale annuelle d’Amnesty International autour de la journée internationale des droits de l’Homme, chaque 10 décembre.”

Dimanche 6 décembre à 14h, Rencontre
« Filimbi, Yen a marre, Balai citoyen : les nouveaux mouvements de jeunesse citoyens en Afrique » Avec Serge Kambale, fondateur du mouvement Lucha (RDC) et Gaétan Mootoo, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest pour Amnesty International. Au Sénégal, au Burkina Faso, en RDC… les autorités en place tentent de se maintenir au pouvoir : mais elles font face à des mouvements exigeant d’avantage de transparence et de démocratie. Certains militants, comme Fred Bauma et Yves Makwambala, emprisonnés en RDC, en paient le prix fort.

Des œuvres de JP Mika et Chéri Chérin seront évoquées.

Tout le programme sur http://www.louvre.fr/progtems/le-musee-du-louvre-et-amnesty-international-presentent-liberte-et-creation