vendredi 11 mai 2012

Wim Delvoye, "Rorschach" et "Au Louvre"

Wim Delvoye va exposer ses œuvres à partir du 12 mai à la galerie Emmanuel Perrotin à travers l'exposition Rorschach. Succédera à celle-ci l'exposition Au Louvre à partir du 31 mai.

L'exposition Rorschach semble être un avant-goût de la future exposition du Louvre. " Une nouvelle série de sculptures en bronze - dont certaines sont visibles “Au Louvre”-, dédoublées sur le principe des planches de Rorschach, réactivent les figures mythologiques de Auguste Moreau, Antonin Mercié ou Jean de Bologne par exemple. Des Christs en croix miment l’anneau de Moebius (“Moebius Corpus Inside”, “Moebius Dual Corpus Direct Current” etc.)" — communiqué de la galerie

Wim DELVOYE, La lune Rorschach, 2011
© studio Wim Delvoye, Belgique
Courtesy Galerie Perrotin, Paris

L'exposition Au Louvre
"Le Louvre invite Wim Delvoye à intervenir dansplusieurs espaces du musée : sous la pyramide, au seindes appartements Napoléon III, dans les salles gothiquesdu département des Objets d’art et dans le jardin desTuileries. Après Tony Cragg, Wim Delvoye est ledeuxième artiste à concevoir une nouvelle sculpturemonumentale pour la colonne du belvédère : uneimmense flèche gothique en acier inoxydable, torsadée,intitulée Suppo. Parallèlement, une imposante œuvre enacier Corten dentelé rejoindra le jardin des Tuileries enjuillet, et s’inscrira à l’automne dans le parcours desculptures de la FIAC.Au sein du musée, une quinzaine de productions récentes envitrail, en porcelaine, en bronze, témoignant de sesrecherches actuelles sur la sculpture du XIXe siècle et del’exploration des techniques informatiques de reproduction,sont présentées en contrepoint des collections des Objetsd’art. Ces sculptures sont installées sur le mobilier, dans lesvitrines ou encore le long de l’escalier du Ministre. Un grandvitrail présenté dans l’escalier Lefuel entre en résonnanceavec ceux de François Morellet tandis qu’une chapellegothique dialogue avec les tapisseries et objets liturgiques dela salle d’Anne de Bretagne.De la relecture triviale du gothique jusqu’aux déformationsbaroques de crucifix, l’art populaire et décoratif de WimDelvoye, qui prend ses racines dans un détournementironique des styles du passé, trouve dans le musée du Louvreun écho particulièrement sonore.Wim Delvoye, artiste plasticien belge né en 1965 est connupour son installation Cloaca qui, avec l’apparent sérieuxd’un laboratoire scientifique, reproduit le processus dedigestion. L’artiste était à l’honneur en 2009 à la CollectionPeggy Guggenheim à Venise, en 2010 au musée Rodin àParis et en 2011 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Aufur et à mesure de ces expositions, il érige une flèchetoujours plus haute jusqu’au spectaculaire Suppo, atteignantau Louvre 11 mètres de haut."— Communiqué du musée


Wim Delvoye est le troisième artiste belge après Jan Fabre et Jean-Philippe Toussaint à exposer son travail dans les salles du Louvre. On peut supposer que l'exposition de Wim Delvoye sera moins grandiose que L'Ange de la métamorphose de Jan Fabre. Néanmoins, la singularité teintée de transgression des œuvres gothiques de Wim Delvoye promettent de répondre avec originalité aux œuvres du Louvre.

Wim Delvoye au musée Rodin
Wim Delvoye au Louvre
Galerie Perrotin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire