vendredi 30 octobre 2009

James Ensor, prince des peintres

Ensor aux masques, James Ensor
1899, huile sur toile, 120 x 80 cm

Érudit, avant-gardiste, mystique, écorché vif, incompris mais entêté, libre, caustique et amer James Ensor (1860-1949) a produit une œuvre extraordinaire et éblouissante reconnue tardivement. Le musée d'Orsay consacre au peintre une exposition magistrale composée en quatre thèmes : Une modernité,"Je suis noble par la lumière","Partout la bizarrerie domine", Le peintre aux 112 autoportraits. Les tableaux de James Ensor nous happent littéralement tant l'univers de ce peintre tourmenté est complexe, mouvant, riche et étrange. Suite aux aléas de sa vie, James Ensor s'échappe peu à peu vers le merveilleux, le morbide, le fantastique et la satire faisant apparaître masques et vanités . Ses tableaux, estampes et caricatures nous appâtent pour mieux nous faire rire ou mieux nous effrayer.

"Visions. Les Auréoles du Christ ou les sensibilités de la lumière"
La Triste et Brisée. Satan et les légions fantastiques
tourmentent le Crucifié,

1886, fusain, craie noire et crayon sur papier Japon, 60 x 76 cm.

Le Foudroiement des anges rebelles, 1889, huile sur toile, 108 x 132 cm

Les Masques scandalisés, 1883, huile sur toile, 135 x 112 cm

Alimentation doctrinaire, planche I, deuxième état, 1889,
eau-forte rehaussée de lavis et de craie de couleur
sur papier Japon, 18 x 23,8 cm

Les Mauvais Médecins, 1892, huile sur panneau, 50 x 61 cm

Les Masques singuliers, 1892, huile sur toile, 100 x 80 cm

La Mort et les masques, 1897, huile sur toile, 78,5 x 100cm

Les Cuisiniers dangereux, 1896, huile sur panneau, 38 x 46 cm

critique: Hanté par ses démons
publiée dans le figaro


James (art)Ensor jusqu' au 4 février 2010 au Musée d'Orsay

Aucun commentaire:

Publier un commentaire