samedi 3 octobre 2009

Haider Ackermann : l'élégant discret








Il y a des temps forts pendant la semaine des défilés que l’on ne veut pas rater. Le défilé du créateur Haider Ackermann en fait partie.

D’Haider Ackermann, on ne sait pas grand chose tant il est discret.
Pas d’interview. Pas d’article sur lui (ou si peu). Quand on tape sur Google son nom on trouve un petit article sur wikipédia :
«Haider Ackermann (né en Colombie en 1971) est un couturier créateur basé à Anvers. Après trois années d’études à l'Académie royale des beaux-arts d’Anvers et cinq mois de stage chez John Galliano, il travaille comme assistant pour un de ses professeurs, le créateur belge Wim Neels. Les années suivantes, il travaille pour différentes marques, notamment Bernhard Willhelm et Patrick Van Ommeslaeghe. En 2002 il crée sa propre marque et présente sa première collection en mars 2002 à Paris. Les coupes de ses créations sont souvent asymétriques et cousues de matières différentes, résolument modernes et urbaines.»
Il y avait un petit portrait de lui sur Vogue.com et même celui-ci a disparu, à l’image du salut furtif du créateur à la fin de ses défilés.

Pour la présentation de sa collection printemps été 2010, intitulée Un passage en Inde, le gratin de la mode s’est déplacé avec notamment en front row les rédactrices en chef de Vogue, Carine Roitfeld et toute étincelante en doré, la spectaculaire Anna Dello Russo du Vogue Japon.
La salle est plongée dans le noir, une lumière vive illumine les modèles marchant à pas lents, la tête haute comme des déesses planant au ralenti. Un mix musical accompagne le tout, comme une sorte de grand battement de cœur électronique très lent et finit par un air d’opéra. La palette de couleurs est composée de gris, safran, bleu nuit et noir. Les silhouettes sont très sophistiquées tout en paressant naturelles. Les tissus s’enroulent, se plissent autour du cou et des hanches comme une évidence. Les épaules et le dos se dénudent. Le cuir se mélange à la soie. La femme est sublimée, sensuelle sans être sexy. On pourrait attribuer à Haider Ackermann tant il respecte le corps de la femme cette phrase de Saint Laurent : « Rien n'est plus beau qu'un corps nu. Le plus beau vêtement qui puisse habiller une femme ce sont les bras de l'homme qu'elle aime. Mais, pour celles qui n'ont pas eu la chance de trouver ce bonheur, je suis là. »

Haider Ackermann sur STYLE.COM

Aucun commentaire:

Publier un commentaire