mercredi 17 février 2016

Björk photographiée par Nick Knight, stylisme Katy England, AnOther Magazine S/S16




Magnifique shooting réalisé pour AnOther Magazine S/S16. “We publish an exclusive preview of Nick Knight and Katy England's cover story for AnOther Magazine S/S16, in which renowned nonconformist Björk is transformed in a series of decadent face applications by Peter Philips for Dior. Photography : Nick Knight Styling : Katy England”
http://www.anothermag.com/fashion-beauty/8393/the-full-shoot-bjork-by-nick-knight-and-katy-england http://showstudio.com/project/red/editorial_gallery

vendredi 5 février 2016

Robert Mapplethorpe, XYZ, un hymne au pénis !

Robert Mapplethorpe, XYZ curated by Peter Marino, Galerie Thaddaeus Ropac Paris Marais
Robert Mapplethorpe, Self Portrait, 1988, Galerie Thaddaeus Ropac Paris Marais
Robert Mapplethorpe, XYZ curated by Peter Marino, Galerie Thaddaeus Ropac Paris Marais
Robert Mapplethorpe disait : “Je recherche la perfection dans les formes. Je le fais avec les portraits. Je le fais avec les bites. Je le fais avec les fleurs”. Cette citation illustre l’exposition XYZ commissionnée par Peter Marino, architecte et designer américain possédant la plus grande collection privée de photographies de Mapplethorpe. L’architecte a décidé de revisiter les thèmes qu’il considère comme fondamentaux dans l’œuvre de l'artiste s’inspirant du fameux portfolio intitulé XYZ (X pour les photographies de sexe, Y pour les natures mortes florales et Z pour les nus masculins). Soyons honnêtes ! les compositions florales du photographe sont élégantes, mais ce n’est pas ce que l’on retient de l’exposition. XYZ est un hymne au corps de l’homme avec une focalisation sur son appareil génital, présenté comme objet de désir et de contemplation dans tous ses états. Les premières photographies pornographiques et sadomasochistes présentant des sexes harnachés avec une quincaillerie propice à la torture ne sont pas ma tasse de thé. En revanche, les nus masculins m’intéressent. On passe de la pornographie à l’érotisme le plus abouti. Le corps de l’homme est sublimé comme une sculpture sensuelle de chair et d’os. Le grain de la peau, les muscles, la pilosité, le sexe transcendent l’image, magnifiés par une lumière révélant chaque détail.
Dans une interview de Thibaut Wychowanok pour Numéro, Peter Marino dit à propos de Mapplethorpe : “Son travail faisait écho, entre autres, à la révolution sexuelle des années 70, mais sa sincérité le rend éternel. Lorsque vous regardez l’une de ses photographies, vous entrez en connexion avec le sujet – qu’il s’agisse d’un chien ou d’un corps nu. Vous êtes envahi par des émotions profondes. Et ces sentiments humains sont immuables. Robert Mapplethorpe nous permet d’atteindre la vérité des êtres, des choses et du monde. Ses œuvres parlent à notre humanité, à notre capacité de percevoir et de ressentir la beauté.”

à lire aussi : Mapplethorpe et sa photo de l’homme au sexe en vadrouille, une histoire un peu raide par Emmanuel Tellier

XYZ Curated by Peter Marino, jusqu'au 5 mars 2016, galerie Thaddaeus Ropac, 7 rue Debelleyme 75003 Paris.
http://ropac.net/