samedi 14 mai 2016

Dix recettes d’immortalité de Salvador DALI à la librairie Solstices, au salon du livre rare à Paris


De tous les livres qu’il a créés, Dali précise que les Dix recettes d’immortalité est son préféré, le plus admirable, celui qui le reflète le mieux. La librairie Solstices a vendu ce livre pour la modique somme de 45 000 € au salon du livre rare alors que le livre a été vendu en 2011 chez Christies pour 32500 $. Pièce particulièrement prisée par les collectionneurs, les 14 exemplaires se sont vendus comme des petits pains.

DIX RECETTES D'IMMORTALITÉ, sommet dans l’œuvre graphique de Salvador Dali au faîte de sa gloire, déploie sous nos yeux tous les sortilèges de son génie lancé à la conquête de lImmortalité. Entièrement conçu, écrit et réalisé par lui, ce livre est tout un univers dalinien où se concentre la somme de sa pensée philosophique, poétique, esthétique et scientifique. Le texte, dun langage ésotérique, est authentifié par des informations nombreuses et précises. Salavador Dali la écrit de sa main ou la dicté ; il en a lui-même ordonné la présentation et sa forme originale est scrupuleusement respectée. À partir de documents iconographiques quil a choisis, Salvador Dali a gravé directement à la pointe sèche treize cuivres pour illustrer ses recettes. Il a également imaginé le montage de certaines gravures : ses premières gravures-objets. Louvrage est imprimé sur papier d'Auvergne à la cuve, spécialement fabriqué par Richard-de-Bas avec en filigrane une spirale de lImmortalité dessinée par Dali. La typographie du caractère Bodoni est enluminée par des lettrines en couleur que Dali a calligraphiées, de même que le titre de la couverture gaufré à lor fin. Lemboîtage, la poignée-téléphone, les œufs sur le plat-serrures et même les clefs sont aussi des créations de Dali. Louvrage a été pensé, écrit et illustré par Salvador Dali à Port-Lligat, Paris et New-York en 1971 et 1972.


Extrait du catalogue Solstices :

Salvador Dali. Dix Recettes d'Immortalité. Paris, Audouin-Descharnes, 1973 (cat. 18)


L'homme ressuscité par l'holographie de l'écureuil : « Donc voici la recette d'Immortalité holographique : avec un verre d'eau de Solarès, avaler de l'information holographique capable de faire apparaître des images contenant un maximum d'instantanéïté heureuse de résurrection. A la Persistance de la Mémoire... viendra s'ajouter la programmation volontaire du désir : l'image d'un écureuil sybaritique se réveillant pourra rendre l'homme immortel. »
Epitaphe de l'Immortalité : « On peut dire que chaque fois que nous nous trouvons en présence d'une spirale logarithmique on doit s'en servir pour une épitaphe garante d'Immortalité, que ce soit celle du tournesol déjà étudiée par Léonard de Vinci, celle du chou-fleur de Dali, ou celle plus exacte et suprême de l'archangélique corne de rhinocéros... »
Immortalité du Dalianus Galae : « Voici encore une recette : truffer l'Immortalité molle en la saupoudrant de dalianus Galae desséché de vie léthargique. »
Immortalité de Castor et Pollux : « Une nouvelle recette d'Immortalité s'impose donc d'elle-même : devenez par la théorie de l'informatique, jumeau de votre femme, ayez pour le même prix deux mémoires au lieu d'une et possiblement trois, ce qui rendra encore plus dense la persistance de l'Immortalité de votre mémoire. »
Immortalité tétraédrique du cube : « Recette d'Immortalité : l'humidité génétique de Velasquez pourra faire revivre les structures monarchiques intactes, somnolentes et solennelles. »
Immortalité de l'impérialisme génétique : « Sur l'escalier de Jacob chaque marche est un palier A.D.N et les anges montant et descendant sont l'A.R.N. L'intimité moléculaire de chaque échelon est un fleuron unique de légitimité de cet arbre de Jessé d'où toutes les autres légitimités découlent, Arbre de Jessé, floraison de l'Immortalité hyparxiologique de Francese Pujols, recette de l'Immortalité de Velasquez ! »
Anamorphose des anamorphoses et tout est hologrammorphose : « Les anamorphoses les plus réussies sont celles qui représentent la mort, concrètement, un crâne. Elles déforment par des voies optiques, étirent, rallongent légitimement l'existence vers le réseau du moiré des interférences qui nous ont amenés aujourd'hui à l'Immortalité des images enregistrées holographiquement grâce à la lumière cohérente du provisoire laser. »
La Sainte Trinité, Sainte persistance de la mémoire : « La vision binoculaire c'est la Trinité de la perception physique transcendante. Le Père, l'oeil droit, le Fils, l'oeil gauche et le Saint-Esprit, le cerveau, le miracle de la langue d-e feu, l'image lumineuse virtuelle devenue incorruptible, pure énergie, pur esprit, Saint-Esprit. »
Le système Caga I Menja : « Pour acquérir l'Immortalité, essayons donc, en bon catalan, de suivre l'intuition d'Esope – rapportée par Michel de Montaigne dans ses Essais – quand voyant quelqu'un pisser en marchant, il lui dit : Puisque tu pisses en marchant essaie de chier en courant ! Et j'ajoute en courant aussi vite que la lumière... »
Immortalité stéréoscopique de la monarchie : « La stéréoscopie immortalise et légitime la géométrie car grâce à elle nous avons la troisième dimension de la sphère. Avec l'univers qu'elle est capable de contenir et de limiter d'une façon auguste, immortelle, incorruptible et royale, et, par stéréochimie, avec l'odeur du dessous des ongles de Velasquez à qui j'offre le premier sonnet de ma vie : Sonnet aux pupilles de Velasquez / Gala de mes yeux. »

18. DALI (Salvador).
Dix recettes d'immortalité.- Un des 14 exemplaires nominatifs, avec deux suites des gravures signées sur japon nacré dont une à grandes marges, cuivres rayés, ainsi que l'ensemble des archives du livre provenant de l'éditeur. Paris, Audouin-Descharnes, 1973.
65 x 48 cm, 11 burins originaux avec héliogravure + 83 x 62,5,cm + 66,5 x 49 cm En feuilles, couverture originale imprimée à l'or, boîte originale par Henri Mercher en méthacrylate, poignée-objet en forme de téléphone en fonte par Keusseyan, deux fermoirs originaux avec leur clé, mors articulés, étui en toile brune de l'éditeur + deux boîtes toile éditeur titrées pour les deux suites + boîte toile pour les archives. Ensemble exceptionnel réunissant a) un des 14 exemplaires nominatifs de tête (tirage total de 250 exemplaires dont 40 h.c.) sur Auvergne de l'édition originale (ex. f., celui du fils de l'éditeur) du livre-objet dans sa boite-sculpture, sous étui éditeur, b) un portefeuille toilé titré de l'éditeur comportant un tirage spécial sur japon nacré de la suite des gravures, signées, visées et numérotées, un tirage des estampes rayées, non signées, non visées, non numérotées sur papier d'Auvergne et deux cuivres rayés (traces d'oxydation) c) un des 12 portefeuilles toilés titrés de l'éditeur avec épreuves H.C. des estampes sur japon nacré à grandes marges numérotées, visées et signées par l'artiste, certaines modifiées par rapport à celles du livre avec cadre et estampage or et gaufrage à sec d) un portefeuille avec la totalité des archives éditoriales du livre - contrats d'édition, lettres-contrats, correspondances signées par Dali, bons à tirer des gravures signés par Dali, correspondances avec R. Descharnes, tapuscrits, photographies, invitations, affiches, plaquettes de promotion du livre (y compris au Japon), archives techniques et comptables, essai de couverture en bleu,etc.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire