vendredi 13 décembre 2019

Charlie Chaplin, l’homme-orchestre à la philharmonie de Paris

Courez voir la magnifique exposition foisonnante sur Charlie Chaplin. Le petit vagabond à la démarche chaloupée apparaît dès 1914 avec Charlot est content de lui. Quatre ans plus tard, Chaplin est connu dans le monde entier, sa silhouette est reconnaissable entre mille.










Communiqué de l’exposition :

Confrontant l’art cinématographique de Chaplin à de nombreuses œuvres, machines, partitions et manuscrits, cette exposition restitue toute l’« éloquence » de son génie, dont l’influence s’étend des avant-gardes à la culture populaire. Scrutant tout ce qui, dans son oeuvre, fait « bruit », et « parle » aux yeux aussi bien qu’à l’oreille, elle montre combien la recherche d’une expression sonore et musicale catalyse son imaginaire tout entier. Cette exposition élargit le champ (souvent restreint) du musical à d’autres objets, comme le bruit, le geste et le rythme. Résolument, la pantomime muette de Charlot s’est imposée comme l’un des « corps sonores » les plus emblématiques du XXe siècle, et même l’un des plus visionnaires et politiquement engagés.

Commissaire de l’exposition : Sam Stourdzé
Commissaire associée : Mathilde Thibault-Starzyk
Conseillère scientifique : Kate Guyonvarch
Scénographie : Freaks architecture

samedi 7 décembre 2019

L’espérance d’un baiser, Raphaël Esrail



Immense émotion en rencontrant Monsieur Raphaël Esrail, résistant juif survivant d’Auschwitz. Il faut lire son magnifique témoignage écrit avec la collaboration d’Isabelle Ernot L’espérance dun baiser. Âgé de 94 ans, le regard vif et pétillant, cet homme incarne le courage et la dignité. Ce livre est une leçon de vie, une leçon d’amour.




“Une histoire humaine née en un monde inhumain”
à lire aussi : La plus précieuse des marchandises écrit par Jean-Claude Grumberg

jeudi 19 septembre 2019

Jean Cocteau à la Biennale de Paris chez Prima Gallery

Vue du stand, Prima Gallery, Biennale de Paris 2019
Jean Cocteau, Arlequin à l’œil orange, pastel, 1954
Jean Cocteau, L’adolescent, pastel, 1954
Au centre Grand chèvre-cou (vase en terre rose 1958), à gauche Arlequin à la batte (1958), à droite Visage (pichet en terre rouge 1958)
Jean Cocteau tenant les Trois-yeux (plat cardinal en terre rouge 1958)
Découverte lors d’un passage furtif à la Biennale de Paris d’une sélection exceptionnelle d’œuvres de Jean Cocteau à travers un ensemble de céramiques et poteries. Deux magnifiques pastels, lArlequin à l’œil rouge et L’adolescent étaient présentés ainsi qu’une grande gouache Judith et Holopherne (1949-1951).

prima-gallery.com

jeudi 5 septembre 2019

Celui qui aimait les femmes telles qu’elles sont



Du noir et blanc. Aucune retouche photoshop. De la grâce et un état d’âme, voilà ce que Peter Lindbergh photographiait. Les images de ce photographe humaniste sont immortelles et continueront d’inspirer des générations de photographes.

www.peterlindbergh.com

mercredi 4 septembre 2019

Bouddha, la légende dorée au musée Guimet









Voici un petit aperçu de la foisonnante exposition consacrée à Bouddha au musée Guimet.

“Pour la première fois en France une exposition événement est consacrée à la vie du Bouddha et à la diffusion du bouddhisme en Asie. L’exposition met en exergue la richesse des traditions iconographiques et stylistiques se rapportant à la représentation de la vie exemplaire et édifiante du fondateur du bouddhisme.”

https://www.guimet.fr/event/expobouddha/

mercredi 5 juin 2019

Graphisme pour le French American Ballet Theatre à New York



Heureuse d’avoir réalisé ce flyers pour le French American Ballet Theatre et félicitations à sa fondatrice Marie Lorène Fichaux pour l’excellence de son travail à découvrir sur www.fabtheatre.com. J’avais eu le plaisir de photographier Marie Lorène à Paris entourée des œuvres de Daniel Buren et Felice Varini. Photographies à voir ou revoir sur alicebenusiglio.com.




www.fabtheatre.com
alicebenusiglio.com

dimanche 28 avril 2019

Léda et le cygne, le désir peint par Léonard de Vinci, décrit par François Cheng


“Pensant à Vinci, pensant à l’étonnement devant la beauté, comment effacer de ma mémoire un autre tableau de lui qui figure la fascination du dieu même devant la beauté du corps humain. Je me rappelle Léda, vu jadis à la villa Borghèse à Rome. Jupiter se changeant en cygne afin de séduire la femme et de la pénétrer. Contrairement aux autres peintres qui présenteront Léda assise ou couchée, Vinci est le seul à la faire apparaître debout, offrant frontalement à la lumière du monde la plénitude de son énigmatique splendeur — sans doute le nu le plus osé de la Renaissance, davantage que la Vénus de Botticelli. Tandis que le cygne tente d’envelopper ses cuisses de ses ailes, Léda s’efforce d’éloigner le long cou tendu vers sa bouche en le saisissant de l’une de ses mains. Il se dégage de ce tableau une extraordinaire force persuasive. Dans le plupart des œuvres d’autres peintres sur le même thème, on assiste à une scène où le rapt, pour ainsi dire, a déjà eu lieu ; le désir du cygne est sur le point de s’accomplir, ce qui va suivre ne peut être que le déclin, autrement dit la ‘petite mort’. Le génie du grand Florentin consiste à saisir le moment d’avant, celui de la montée du désir — telle la montée de sève à l’intérieur d’un arbre. Se joue devant nous un drame divino-humain en pleine tension, une tension faite de pulsions irrépressibles et d’ambiguïtés indéfinissables. (...) Ce tableau incroyablement charnel et néanmoins pudique est considéré comme la copie la plus fidèle d’une œuvre qui en réalité a disparu. Grâce à lui toutefois, l’original habite désormais notre imaginaire qui n’en finira plus de rêver la scène comme l’artiste lui-même l’avait rêvée. Une autre forme de communion sans fin entre les âmes.”

François Cheng, extrait du livre De l’âme, sept lettres à une amie.

dimanche 10 février 2019

Le plus précieux des livres, écrit par Jean-Claude Grumberg


La plus précieuse des marchandises est un chef-d’œuvre, un hymne à la vie, à la survie et à l’amour plus fort que tout. À travers ce conte humaniste, bouleversant et lumineux, Jean-Claude Grumberg a réussi un exploit, il écrit avec une grâce inouïe sur la Shoah. Cette œuvre littéraire dépasse la barbarie pour aboutir au plus précieux des livres.

http://www.seuil.com/la-plus-precieuse-des-marchandises

dimanche 3 février 2019

Balade dominicale au musée Rodin



Auguste Rodin, L’enfant prodigue
Auguste Rodin, Les trois ombres
Auguste Rodin, Le baiser
Auguste Rodin, Le désespoir, Vaine tendresse (Bas-relief)
Auguste Rodin, Idylle Antoni Roux
Auguste Rodin, Aurore
Auguste Rodin, Mains d’amants

Auguste Rodin,  L’homme qui marche

Auguste Rodin, Les trois ombres
Rodin m’émerveillera toujours, ses sculptures sont tellement vivantes.
Photographies Alice Benusiglio.

dimanche 27 janvier 2019

Michel Legrand, merci !

Le génie s’en est allé... son œuvre prolifique continuera de nous nous réjouir et de nous émouvoir pour toujours. Michel Legrand est éternel.



Sublime musique pour une scène d’anthologie :



La joie de vivre des Demoiselles :



Article d’Annick Cojean :
Michel Legrand : « La mort n’est pas la fin. Ça change tout ! »

à voir sur arte :
Michel Legrand - Sans demi-mesure 

à écouter sans modération :
Best of Michel Legrand - BnF

samedi 12 janvier 2019

Heureuse année 2019 !


Alice au pays des arts vous souhaite une année créative, riche en aventures et découvertes.

vendredi 28 décembre 2018

Les demoiselles de Rochefort, hymne à l’amour, à la joie et à la liberté




Arte nous offre Les demoiselles de Rochefort jusqu’au 23 janvier. Cet hymne à l’amour, à la joie et à la liberté particulièrement réjouissant rend léger comme une bulle de champagne. On se surprend à chanter comme un pinson et sautiller en marchant après l’avoir vu quelques fois. Le générique tourné sur le pont transbordeur de Rochefort est une pure merveille. Chorégraphié par Norman Maen, il n’est pas sans rappeler la modernité des chorégraphies de Jerome Robbins pour West Side Story. La splendide musique signée Michel Legrand apporte le swing, l’énergie, l’élégance et la joie. Elle porte le film plus que le scénario un peu fade et fleur bleue par moments.

à voir aussi jusqu’au 31 décembre 2018 :
Michel Legrand - Sans demi-mesure 

à écouter sans modération :
Best of Michel Legrand - BnF

jeudi 13 décembre 2018

Sauvons le denim et libérons nos poils ! salvadgeDENIM collection, ThreeASFOUR



Picture by: @elisabetd Featuring @chloeblackshire @jazsalyn Hair by : @michaelforrey
Makeup by : @alliesmithmakeup Shot at : @manacontemporary

Les designers de ThreeASFOUR ont lancé au début du mois une intéressante pré-collection automne 2019 consacrée au recyclage du denim intitulée salvadgeDENIM. Le trio a collaboré avec l’artiste Stanley Casselman et la fameuse marque Levi’s. Quel plaisir de voir apparaître des poils sous les bras de la modèle ! Les poils étant en disgrâce depuis toujours dans l’imagerie de la mode et de la publicité, les voici joliment mis en valeur.

Cette campagne me fait penser à une anecdote d’Helmut Newton, lue dans Autoportrait, publié chez Robert Laffont :
‘En 1980, j'ai réalisé pour Vogue Allemagne une série de photos où Hanna Schygulla incarnait Lili Marleen. Pour présenter le résultat à la rédaction, j’ai organisé une projection dans leurs bureaux à Munich. À la fin, un silence de plomb régnait dans la pièce. Personne ne prononçait le moindre mot — ils semblaient abasourdis. J’étais surpris parce que les photos étaient bonnes. Schygulla était superbe, et nous n’avions rencontré aucun problème technique. J’ai parcouru la pièce du regard. Puis la rédactrice en chef a brisé le silence : “ Les poils sous les bras.” En fait, pendant la séance, Hanna avait levé les bras, et j’étais tombé amoureux de ses aisselles duvetées. J’avais insisté pour qu’elle tienne la pose, et c’était devenu un élément important de mes photos. Évidemment, dans l’univers de Vogue, il n’y a jamais de poils sous les bras, jamais.’

Les femmes doivent disposer de leur corps. Rappelons qu’il n’est pas interdit d’avoir des poils. Résistons au diktat des conventions !

www.threeasfour.com